© 2019 par JBF

ASSOCIATION LOI 1901

Le principe est de proposer aux élèves relevant d’établissements publics et privés, de niveau élémentaire et en lien avec le corps enseignant, une rencontre musicale riche et dynamique axée sur la transmission de connaissance, la découverte d’instruments, notamment d’instruments anciens, la sensibilisation à la culture du chant lyrique, à l’opéra et à la musique classique.

Apprendre par les émotions

Les airs joués par les artistes sont mis en scène de manière à transmettre aux enfants les émotions que véhiculent la musique. Il s’agit d’un apprentissage musical basé sur l’écoute et le ressenti. Ainsi, il est par exemple interprété ce que signifient pour un instrument de musique les émotions  telles que la joie, la colère ou encore la tristesse.

Mise en scène et théâtralité

Dans la première partie de la représentation, les musiciens présentent leurs instruments. Chacun s’imagine être l’instrument préféré des enfants. Le Violoncelle est l’instrument préféré ? Peut-être le Clavecin ou alors la Voix ? Les instruments sont têtus, ne s’écoutent pas et ne sont pas en harmonie ; jusqu’à ce que la Voix les convainque de jouer à l’unisson.

C’est alors que le programme démarre par l’air de la tristesse où le Violoncelle s’exprime sans discontinuer. Puis vient l’air de la colère avec un Clavecin volubile et grave. Quand soudain, la joie emporte la Voix au-delà des rêves d'enfants, jusqu’à ce que le Clavecin et le Violoncelle la suivent au diapason, tous guidés dans l’air de l’amour avec audace. Enfin, ils sombrent ensemble dans "l'air de la folie" qui finit par les rassembler.

C’est alors, enthousiasmés par la splendeur des airs et la beauté des sonorités musicales et lyriques de chaque instrument, que tous les enfants se joignent à eux pour chanter en chœur une mélodie d'amour et de partage en guise de remerciement.

Contenu et séquençage

En matière de contenu et séquençage, la représentation se déroule en quatre temps :

  • Présentation des artistes et de leurs instruments (la soprano explique son métier puis présente son instrument, la voix. Puis vient le tour de la claveciniste et enfin de la violoncelliste) – environ 15 à 20 minutes.

  • Les artistes interprètent en formation d’ensemble, un spectacle comportant plusieurs airs lyriques accessibles à des jeunes publics (entre 4 et 6 airs), entrecoupés de moments d'interaction avec le public en exploitant le thème des émotions  – environ 20 à 25 minutes

  • Les élèves sont invités à interpréter avec les artistes l'air préparé à l'avance (la réalisation s’effectue en deux parties : exécution vocale pour placer la voix, puis exécution en mode concert) – environ 15 à 20 minutes

  • Temps d’échange des élèves avec les artistes – environ 10 minutes

Participation des élèves

Les élèves sont invités à participer au spectacle tout au long de la représentation. Ils sont  en situation d’écoute d’œuvres musicales lyriques de la même manière que s’ils se trouvaient dans une salle de concert ou dans un théâtre. La participation s'effectue par l'interprétation d'un chant avec les artistes, mais aussi avant le spectacle avec la transmission à l'établissement d'un document pédagogique à destination des élèves.

Après le spectacle

A la fin de la représentation, les élèves sont invités à poser des questions aux artistes sur leur métier, leurs instruments… Afin de mesurer les apports de cette rencontre musicale les élèves sont invités à renseigner une fiche, accompagnés par leur professeur, afin de mesurer les apports de cette rencontre musicale. Un retour d’expérience de l’établissement sera très apprécié dans le cadre du travail de mise en œuvre pédagogique organisé par l'association.

Les artistes intervenants

Les artistes qui interviennent sont des professionnels reconnus qui enseignent la pratique musicale et du chant et qui se produisent régulièrement dans le cadre de concerts et d'opéras en France et à l’étranger. Leurs sensibilités musicales et leurs expériences auprès des jeunes publics sont un atout dans le cadre de ce programme.

la presse en parle...

Article paru dans le journal, LA PROVENCE édition Marseille, du 21 janvier 2019.